02/07/2004

Une homme parfait et triblunal de première instance dans mon salon (sans rire)

   Il est 15.43 en bas à droite de mon écran. Je suis radieux : un bon copain vient de m'envoyer ce que je cherchais depuis une éternité et je vais compromettre l'intimité qui nous lie (tu m'excusera G. j'en suis sur) pour vous livrer cette merveilleuse découverte : prenez donc le temps de passer par http://www.un-homme-parfait.com/. Attention, je veux des commentaires (avec argumentation entre chaque étape, notes de bas de page et bibliographie exhaustive comment disent quelque uns dont bien sur je tairai le nom).
 J'ai déja commencé la lecture mais cela me semble bien ardu et malheureusement bien lointai n de ma réalité (mis à part le fait que mon orthographe n'est pas en dessous du seul critique d'infâmité). N'importe quoi Mat n'importe quoi (je pourrais me la jouer un peu la si je voulais, mais je vais vous épargner ça)
 
Malheureusement, je ne vais pas pouvoir continuer longtemps car il se trouve que le tribunal de première instance se reunit dans mon appartement en cette fin d'après midi.  Le propriétaire de mon propriétaire est en procèes avec le propriétaire de la maison d'à côté, pour un litige concernant une petite partie de grenier. Il se trouve que cette petite parcelle de grenier correspond précisément à ma chambre !  Donc se sont "conviés" chez moi cet après midi : 2 propriétaires arrogants, trois avocats corrompus, une juge hésitante et un expert immobilié perverti. Heureusement pour modèrer le tableau (la représentation que vous pouvez vous faire de la mère justice) il y aussi le greffier du juge, qui je vous l'assure est un chouette type (le seul d'ailleur qui à pas l'air trop vicié) . Je l'ai déja rencontré a l'occasion d'une précédente descente sur le "lieu du crime".
 Ils sont pas tirés d'affaire : impossible de retrouver qui a fait les travaux qui canibalisent la maison d'à coté ni surtout quand (ils consultent des plans aux archives qui datent de 1900 et pas grand chose. Encore quelques années de procèdure en tout cas, je verrais sans doute pas la fin (mon bail prend fin dans deux ans, aucune chance que la procédure soit arrivée a terme)Peut être y-a-t-il prescription aussi ?  La justice devra répondre à ces questions, mais sans moi.
En tout cas , promis, je vais prendre des photos (avec mon nouveau numérique) et ils vont tous enlever leurs chausses s'ils veulent monter à l'étage... (ma chambre, l'endroit ou on accède que si on y est invité..)
 
P.S :  Vous pouvez voir sur la photo la frontière contestée (la ligne sur la moquette).

16:40 Écrit par Mat | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

Commentaires

mais c'est pour les hommes alors je ne me sens pas concernée :) biz... Alors c'est pour quand les conclusions de cette terrible affaire... s'ils ont besoins d'un architecte moi aussi je veux bien venir me délecter du tableau!!! :)

Écrit par : nom | 02/07/2004

Nous avons bien recu votre lettre du 02/07/2004 Pouvez vous nous envoyer CV et lettre de motivation afin que nous etudions votre candidature !
Salutations distinguees,
zebossofbidoncompany

Écrit par : Mat | 05/07/2004

re lol vraiment mon sourrir de toutes mes dents ça suffit pas?

Écrit par : nom | 05/07/2004

Les commentaires sont fermés.