22/07/2004

Quatre étages sans ascenseur : un réél challenge mais ca va changer

       J'ai les avants-bras explosés, les épaules et le dos douloureux et la peau des doigts meurtrie. Les début sont un peu laborieux, mais cela me semble plutôt normal après une longue période d'inactivité (depuis environ 8 ans, je fait preuve d'une moulitude absolument remarquable.) Le mot sport a quasiment disparu de mon vocabulaire, et j'avais remplacé ce dernier par des termes tels que "boire un verre en ville, petit diner à la maison" ou encore "sortir au gazon" (décidément c'est obsessionel chez moi) ..  Je dois reconnaitre aussi que je ne soupconnais pas les conséquence car si j'avais su, je n'aurais jamais laissé mon corps dans un tel état d'abandon (heureusement, l'aspect exterieur, ca va encore) .Tout ca pour suggérer que ma condition physique aujourd'hui n'est pas des plus brillantes (c'est le moins qu'on puisse dire: une panne d'ascenseur a mon boulot prend tout de suite des allures de réél défi !).
 Bref, je viens de me remettre à grimper. C'est la même histoire que pour le planeur. Entre 14 et 17 ans , j'étais un sportif assidu. J'entretenais mon corps avec ardeur au lieu d'entretenir mon esprit. Lorsque j'ai commencé a m'occuper de mon esprit, j'ai quasi cessé de m'occuper du corps. Peut être que le temps est venu de s'occuper des deux ?  En tout cas , recommencer à grimper comme ca après 8 ans d'absence, c'est pas évident (c'est drolement frustrant de recommencer tout en bas alors que j'avais atteint "un certain niveau"
    Cela étant dit, j'espère bien que toute l'énergie consacrée depuis à développer un esprit sain (sans pour autant prétendre avoir reussi) me permettra de trouver les ressources nécessaires pour retrouver mon niveau d'antant.   Je le pressent plutôt bien , mais cela va sans doute demander quelques mois d'efforts et de persérverance... Inch 'Allah. La dessus , je vous laisse, faut que j'aille récuperer. On sait jamais que l'ascenseur serait en panne demain matin.

00:02 Écrit par Mat | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

19/07/2004

Tête en l'air, pas ce que vous croyez

                Je ne crois pas avoir déja mentionné en ces lieu que je volais en planeur. L'occasion est venue de vous en parler un petit peu.  
 Lorsque j'était (un petit peu) plus jeune, que je ne buvais pas, je ne sortais pas et je ne fumais pas (une époque pleine de sagesse, mais aujourd'hui révolue) je volais en planeur ( des sensastions inégalées jusqu'aujourd'hui).  Entre 1994 et 1996 (soit entre 16 et 18 ans) je volais intensement :  140 vols sur trois ans (prenez en compte qu'on vole juste l'été). Une petite interruption (de 5 ans mine de rien : j'ai commencé a boire, a fumer et a danser) pour revenir brièvement aux affaire à l'été 2001, mais à un rythme nettement moins soutenu: entre 2001 et 2002 a peine 43 vols. Depuis, rien.
 Rien de prévu non plus lorsque je me retrouvai dimanche en direction de Rochefort, et que j'en profitai pour faire un petit détour par mon aéroport préféré. Quelle émotion, je ne vous dis que ca !  Je me vois encore dans la voiture en train de  "modérer mes ardeurs" en me disant que ca n'allait pas me toucher tant que ca, que je ne volerai sans doute pas cette année non plus, que l'année prochaine ca ira aussi etc etc etc.  Macash oui ! J'en tremble encore et mon impatience de (re)poser mes fesses dans ces engins fabuleux n'est que croissante depuis.  En plus j'ai compris aussi que il y avait moyen de combiner tout ca : danser, boire, fumer et voler en planeur.  Mon avenir d'un coup s'éclairci : quelques formalités administrative, une visite médicale et  hop en route pour l'inversion (altitude à partir de laquelle la température augmente avec l'altitude = aussi plafond pour les planeurs)!  Bon et cette fois ci , AUCUNE EXCUSE !  Je vais revoler (vous imaginez pas comment c'est fête dans ma tête depuis samedi)

17:40 Écrit par Mat | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |

15/07/2004

Peine incompressible pour recidivistes et intentions de circonstance ! Fait peter Joseph !

       Lorsque quelqu'un est victime d'atroces souffrances , il est censé et raisonnable d'attendre de ses proches amis le soutien moral qui s'impose. C'est pourquoi dans une demi-heure des chers amis a moi devraient franchir la porte d'entrée de mon appartement. La ils doivent être en train de faire les courses dans je ne sais quelle grande surface. Ils viennent et amènent tout ce qui faut pour " diner entre amis". Je fourni les boissons.  Bon je concède que j'exagère quelque peu en parlant d'atroces souffrances : demain matin à 8.30, j'ai rendez vous pour me faire enlever la  belle broderie qui m'orne l'avant bras (d'ailleur, je compte bien filmer l'operation "découture" si le vénérable docteur le permet, et vous faire partager par après cet instant d'émotion).Comme quoi , je ne souffre plus tant que ca !  Déja je m'en suis pas rendu compte quand ca  m'est arrivé alors 15 jours plus tard vous pensez.
 Lorsque je leur ai fait part de mes intentions, mes amis ont vivement réagi en me priant de ne rien en faire. J'éclaire votre lanterne :  il ne s'agit pas de mon intention de filmer cette délicate opération mais bien de mes intentions pour ce soir :  à votre avis, lorsque on se fait enlever les suture le lendemain , que fait-on ?  On sabre le champagne pardi (je suis sur que vous aviez trouvé). Je me demande combien je vais écoper pour ca ! Je crois en ma destinée, et qui plus est j'ai emprunté un scaphandre a la NASA pour faire ca en toute sécurité. Ca va sans doute être un peu moins précis, mais j'aime mieux comme ca.

19:36 Écrit par Mat | Lien permanent | Commentaires (11) |  Facebook |

08/07/2004

Flou, filtre et distorsion, en noir et blanc pour conclure.

                         Après une longue et intense réflexion, j'ai décidé d'exposer ma blessure de guerre , mais en noir et blanc (répondant ainsi a une demande plus particulière que général, mais soit). En effet,  la problématique éthique qui se pose ici n'est pas des moindres : quid si une âme sensible se trouvait a visiter mon humble blog ? Je ne souhaite pas couper l'appétit à qui que ce soit voire même provoquer un malaise. Qu'en serait-il dans le cas ou quelqu'un de mal intentionné viendrait à porter plainte jugeant le contenu "inadéquat, choquant ou innaproprié" ? Je ne tiens pas à voir ce petit espace d'expression être fermé par la surveillance sans merci de skynet (je tiens par ailleurs a en profiter pour les remercier pour le travail fantastique qu'il font quotidiennement d'une part et de ne pas fermer mon blog d'autre part). Après  maintes rétouches, comparaisons , réflexion , flous, distorsions et autres filtres, j'en suis arrivé à la conclusion que c'était surtout les couleurs (le rouge sang et le violet chair) qui rendaient l'image choquante, voir même franchement dégoutante. J'ai donc basculé l'image en noir et blanc, et avec le flou naturel de l'image (j'ai bougé), cela me parait tout à fait acceptable.
 
Une petite remarque en passant (j'y pense car je dois me rendre demain matin à la clinique pour le contrôle technique). Si vous vous blessez un soir de fête et que la soirée s'annonce des plus heureuses , sachez que pour ne pas renoncer à de tels événements, vous devrez endurer les fils pendant 15 jours au lieu de 7. En effet, si vous ne vous présentez pas aux urgences dans les six heures, il faudra raviver la plaie, ce qui allongera le temps nécéssaire à la cicatrisation. Avantages et inconvenients à mettre dans la balance. Je ne regrette absolument pas mon choix au vu de la soirée passer à danser sur le gazon du parc royal. Soyez en conscient. Aussi, si vous êtes adeptes de produits illégaux (ô scandale), je suis convaincu qu'une petite déchirure ne vous fera pas de mal : ils vous injectent un petit litre de "quelque chose"_caïne  et sincèrement , je suis pas un connaisseur, mais à mon avis c'est de la bonne. Vous êtes bien après, je vous explique pas!
 
Une dernière chose, si vous avez des idée de baratins que je pourrais tisser au sujet de cette belle cicatrice, vos idées sont les bienvenues. Aujourd'hui, j'ai prétendu à un collègue que j'étais tombé dans une rixe à Matonge et que j'ai pris un coup de couteau dans la bagarre.  C'est gai, mais j'ai pas envie de toujours raconter la même chose et je n'ai aucun doute sur la qualité de votre fertile imagination (je n'ai aucun doute sur la mienne non plus notez).
 
P.S :  *Le gazon : soirée tout les vendredi et samedi ensoleillés en plein milieu du parc royal.
         * Je suis indisponible pour tout sabrage de champagne pour les 2 prochaines semaines
         * Ceux qui veulent la photo en couleur peuvent l'avoir sur demande (e-mail à droite)
         * Toi médecin qui passe par ici : tu me laisse ton avis sur la question ? C'est cool merci !

20:06 Écrit par Mat | Lien permanent | Commentaires (6) |  Facebook |

04/07/2004

Barbecue, Gazon et 6 heures max pour se faire recoudre (théoriquement)

   Il n'y a plus aucun suspense ! Suite à la remise des résultats de vendredi, nous savons désormais ce qu'il en est. Pour ma part, je m'attendais a pire.  Je prétendais avoir reussi tout les examens pour lesquels j'avais travaillé , et il se trouve que j'ai aussi reussi des examens pour lesquels je n'avais pas travaillé. Je pourrais prétendre aussi que je me suis aménagé une activité pour l'été mais la je mentirais. Je devrai repasser deux épreuves (économie politique II et statistiques pour ceux que ca interesse) en septembre ( je pensais devoir en repasser minimum quatre)
 Nous nous étions donc mis en tête de fêter tout ca dignement , et l'heure du magnum de champagne était venue. Le programme de hier soir donc , barbecue et puis Inch Allah. (nous nous sommes retrouvé au gazon).  Petit incident : vingt minutes après avoir sabré la bouteille (c'est trop chouette) , je me suis rendu compte que je m'étais coupé. Conclusion : 4 points de suture ce matin aux urgences de l'hopital molière, et bien bien stone avec le litre d'anesthésiant qu'ils m'ont injecté dans le bras et les relents d'alcool de la veille.
 L'idée que j'aurais une cicatrice à l'avant bras qui sera la a vie pour me rappeler cet instant mémorable ne me déplait pas tout à fait, mais faudrais pas que ca arrive trop souvent. Des bouteilles de champagne, je vais encore en sabrer, mais sincèrement, les points de suture, une fois ca suffit !

19:57 Écrit par Mat | Lien permanent | Commentaires (8) |  Facebook |

02/07/2004

Une homme parfait et triblunal de première instance dans mon salon (sans rire)

   Il est 15.43 en bas à droite de mon écran. Je suis radieux : un bon copain vient de m'envoyer ce que je cherchais depuis une éternité et je vais compromettre l'intimité qui nous lie (tu m'excusera G. j'en suis sur) pour vous livrer cette merveilleuse découverte : prenez donc le temps de passer par http://www.un-homme-parfait.com/. Attention, je veux des commentaires (avec argumentation entre chaque étape, notes de bas de page et bibliographie exhaustive comment disent quelque uns dont bien sur je tairai le nom).
 J'ai déja commencé la lecture mais cela me semble bien ardu et malheureusement bien lointai n de ma réalité (mis à part le fait que mon orthographe n'est pas en dessous du seul critique d'infâmité). N'importe quoi Mat n'importe quoi (je pourrais me la jouer un peu la si je voulais, mais je vais vous épargner ça)
 
Malheureusement, je ne vais pas pouvoir continuer longtemps car il se trouve que le tribunal de première instance se reunit dans mon appartement en cette fin d'après midi.  Le propriétaire de mon propriétaire est en procèes avec le propriétaire de la maison d'à côté, pour un litige concernant une petite partie de grenier. Il se trouve que cette petite parcelle de grenier correspond précisément à ma chambre !  Donc se sont "conviés" chez moi cet après midi : 2 propriétaires arrogants, trois avocats corrompus, une juge hésitante et un expert immobilié perverti. Heureusement pour modèrer le tableau (la représentation que vous pouvez vous faire de la mère justice) il y aussi le greffier du juge, qui je vous l'assure est un chouette type (le seul d'ailleur qui à pas l'air trop vicié) . Je l'ai déja rencontré a l'occasion d'une précédente descente sur le "lieu du crime".
 Ils sont pas tirés d'affaire : impossible de retrouver qui a fait les travaux qui canibalisent la maison d'à coté ni surtout quand (ils consultent des plans aux archives qui datent de 1900 et pas grand chose. Encore quelques années de procèdure en tout cas, je verrais sans doute pas la fin (mon bail prend fin dans deux ans, aucune chance que la procédure soit arrivée a terme)Peut être y-a-t-il prescription aussi ?  La justice devra répondre à ces questions, mais sans moi.
En tout cas , promis, je vais prendre des photos (avec mon nouveau numérique) et ils vont tous enlever leurs chausses s'ils veulent monter à l'étage... (ma chambre, l'endroit ou on accède que si on y est invité..)
 
P.S :  Vous pouvez voir sur la photo la frontière contestée (la ligne sur la moquette).

16:40 Écrit par Mat | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook |